Le nerf vague : un réseau de bien-être, d’auto-réparation et de créativité haut débit - anti-stress

Mis à jour : juin 19

Se sentir bien dans son corps, bien dans sa vie et dans sa tête n’est jamais une situation acquise une fois pour toute. Nous « respirons la santé », si seulement notre corps parvient à assurer en même temps l’ensemble des équilibres intérieurs qui lui permettent d’être en vie. Car c’est ainsi : nous sommes d’abord et avant tout vivants ! Et c’est justement cet état vivant qui permet l’écoute attentive et permanente de ce qui se passe au-dedans et dehors de notre corps. Autrement dit, notre niveau de santé dépend de la manière dont nous sommes en lien avec nous-même et le monde. Et il se fait que nous possédons tous un nerf très particulier chargé de cette mise en lien. Il porte le nom curieux de « nerf vague » et sera l’attention de chaque page de ce blog que vous consultez. Ce blog, nous l’avons voulu facile à lire, joyeux et fourmillant de pistes, de « recettes », de techniques chargées de vous relier à vous-même et de vous permettre de vous faire, chaque jour de respirer la santé aux mieux de vos possibilités, celle de votre mental et de celle de votre corps.


Sans plus attendre, cédons alors la place au héros de ce blog et de la Coach-Resiration® : le nerf vague, incarnation de la sensibilité, de l’écoute et du corps, ambassadeur du fait que tout est en lien avec tout et grand maître de la respiration qui permet de vivre longtemps en bonne santé.


Qu’est-ce que le nerf vague ?


Pour faire simple, il peut être comparé à un « Big Brother » à l’écoute de nos fonctionnements et ressentis intérieurs. Grâce au nerf vague, notre cerveau sait tout et entend tout sans que nous nous rendions compte de rien.


Naissant au centre de notre cerveau, ce nerf spécial est d’abord en lien avec les centres de contrôles nerveux les plus profonds et notre mémoire. Il assure ainsi un lien physique entre ce que nous avons vécu et ce que nous vivons, par exemple : le rythme de notre cœur et de notre respiration. Il sort ensuite du crâne sous chaque oreille pour plonger via le cou vers l’ensemble des organes vitaux de notre tronc : cœur, poumons, foie, estomac, intestins, pancréas, vésicule biliaire...


Le nerf vague plonge ainsi en nous ses racines tel un arbre sensible. 20 % de ses fibres transportent des ordres en directions des organes profonds. Les 80% restant servent à leur écoute.


Le nerf vague, incarnation de la sensibilité, de l’écoute et du corps, ambassadeur du fait que tout est en lien avec tout et grand maître de la respiration qui permet de vivre longtemps en bonne santé.


Un nerf de jouvence :


Longtemps, le nerf vague a été considéré uniquement comme la voie de passage des ordres donnés par le réseau nerveux chargé de calmer le corps (le système parasympathique). De fait, dès que le nerf vague reçoit suffisamment de pouvoir et est en bon état de fonctionnement, il assure un rythme cardiaque posé et adaptable, une sécrétion idéale d’acide dans l’estomac (digestion des protéines), une production parfaite de bile de la part du foie (digestion des matières grasses), l’élaboration complète de sucs pancréatiques (digestions des sucres). Ce ne sont là que quelques exemples. Ils permettent de comprendre que le nerf vague est un chef d’orchestre du fonctionnement de « longue vie » de notre corps, qui permet de vivre longtemps et en bonne santé.


Et le malaise vagal alors ?


C’est juste quand le système excitant est épuisé à force d’être stimulé non-stop par les stress. Le nerf vague révèle alors tout sa puissance calmante, mais ne peut être ni accusé, ni condamné de vous faire gentiment tomber dans les pommes. Si vous voulez y échapper : cessez de vous épuiser !


L’anti-inflammatoire le plus puissant du monde.


Le rôle du nerf vague ne se limite pas aux fonctionnements de routine. Les scientifiques sont désormais certains qu’il contrôle également le niveau d’inflammation global du corps. Il aurait été bon d’imprimer cette dernière phrase en caractère gras. Et même en majuscule. Pourquoi ? Car il s’agit là d’une information capitale pour notre santé à tous. En effet qui que vous soyez, c’est ce niveau d’inflammation globale qui détermine votre risque de développer ou non une maladie chronique. Imaginez : il suffit que ce niveau d’inflammation globale soit faible et « hop » votre corps est protégé par exemple de la majorité des cancers, des maladies auto-immunes, des allergies, des intolérances, des maladies neurodégénératives, des dépressions, des diabètes, des maladies cardiovasculaires.


Fort de cette théorie, des médecins ont mis au point des stimulateurs électriques du nerf vague. Ces chercheurs de pointe espéraient ainsi abaisser le niveau d’inflammation globale et permettre au corps de se soigner et guérir tout seul. Et bien figurez-vous que cela fonctionne !!! Dans des hôpitaux, ces dispositifs permettent désormais de soigner avec succès des maladies aussi diverses que l’épilepsie, les troubles cardiaques, l’asthme et la dépression sévère, la polyarthrite rhumatoïde... Plus besoin de médicaments, le corps se soigne seul…révolutionnaire !

Le nerf de l’adaptabilité :


Le palmarès du nerf vague a déjà de quoi impressionner et pourtant, ce n’est pas tout. Certains travaux de recherches démontrent que le nerf vague est aussi le nerf de l’apprentissage, de l’apaisement, de la créativité et de la sociabilité. Qu’est-ce que cela donne concrètement ? C’est très simple : plus votre nerf vague est actif et plus vous apprenez facilement, plus vous êtes curieux de ce qui est nouveau, de ce qui est différent. Ajoutons aussi que vous êtes capables de ressentir votre corps plus en profondeur, d’imaginer des solutions nouvelles et de créer, bref de déployer tous vos possibles. A l’inverse, un nerf vague sous actif déclenchera inquiétudes et agressivité face à tout changement et à tout ce qui sort de l’ordinaire. Les tendances aux intégrismes, le rejet de ce qui est étranger, l’élévation du niveau de violence dans notre société et le recul démontré des capacités d’apprentissage de nos enfants peuvent ainsi être vu comme de « simples symptômes » d’une faiblesse d’activité du nerf vague.

Notre nerf vague est donc sensible… comme nous… à tous les stress.


Le nerf vague comporte un grand nombre de capteurs différents situés dans tous les organes vitaux. Il est connecté au cerveau qui, lui, reçoit quantité d’autres informations, notamment de tout le reste du corps. Ce dispositif d’écoute est colossal, par la diversité et le nombre des capteurs qui sont sollicités. Mais aussi par le flot d’information qui est traité chaque seconde. Vous me direz que vous n’avez pas l’impression d’être le théâtre d’une telle surveillance. Vous avez raison : l’extrême majorité des informations issues de notre sensibilité nous sont imperceptibles ! La raison est qu’elles sont traitées par ce que les spécialistes appellent le système nerveux autonome. C’est-à-dire le système nerveux qui permet à notre corps de fonctionner sans que nous ayons à y penser. Il n’empêche que votre cerveau, chacun de vos organes, chacune de vos cellules ont tant à faire qu’ils ne se repose jamais ! Votre corps ne connaîtra jamais les 35 heures ou la retraite anticipée. C’est du 7 jours/7 et 24 h/24.

Par exemple, à l’instant où vous lisez ces lignes, votre corps doit respirer, contrôler le niveau d’acidité, d’hydratation, de teneurs en sel, se protéger des microbes, réguler le stress oxydatif, éliminer les déchets, faire avec vos souvenirs traumatisants, vos carences, vos excès… ET c’est du 7 jours/7 et 24 h/24.

Chacune de ces fonctions peuvent entrer dans un état de déséquilibre ou être menacé de déséquilibre. Ces menaces portent un nom technique connu de tous : ce sont les stress. Les stress au pluriel, car notre corps affronte bien d’autres stress que le stress nerveux dont tout le monde parle. Dans le tableau qui suit j’ai essayé de regrouper l’ensemble des stress auxquels notre corps est exposé en permanence



Chacun de ces stress affectera directement ou indirectement le nerf vague et entraînera une baisse de son activité positive. Cette baisse d’activité entraîne de nombreuses conséquences. Aucune n’est vraiment positive sur le long terme. J’en ai longuement parlé dans mon précédent livre. Pour faire simple, disons que le corps met en route des mécanismes d’urgences qui permettent de faire face à certaines menaces. Mais les plus souvent, le corps est contraint de faire des compromis et, sur la durée, ces mécanismes d’urgence épuisent le corps et l’empêchent de s’adapter. Voilà pourquoi, on vieillit alors plus mal et plus rapidement. La respiration change et les pensées aussi, l’une et l’autres devenant tendues et centrées sur la méfiance. Au niveau de votre capacité d’attention et de concentration des modifications ont lieu également : au lieu d’observer, on surveille. La méfiance semble partout. De toutes parts, le corps s’enflamme et le niveau d’inflammation globale augmente ce qui ouvre la porte aux maladies chroniques.


Le stress à petite dose serait « utile » dans la vie de tous les jours et sans danger ?

Voilà une bonne blague ! Comment un déséquilibre pourrait-il être sans danger ? Honnêtement, c’est une affirmation bien fourbe. C’est certain que du stress peut vous pousser à travailler plus vite, mais votre corps vieillira plus vite aussi et plus mal. Si vous voulez vous booster, au lieu du stress, optez pour l’enthousiasme ! Là vous risquez d’être joyeux et de faire de vieux os. Mais cela implique précisément d’arrêter de stresser et d’avoir peur de ce qui peut arriver. C’est plus compliqué.


Au contraire, un nerf vague actif permet au corps de s’adapter et de se réparer au mieux de ses capacités. Répétons-le : un nerf vague actif permet de vivre longtemps, en bonne santé et en agréables pensées. Votre visage est souriant, votre corps et votre esprit restent souples, vous ressentez le bonheur et cessez d’avoir peur de tout ce qui n’est pas comme vous le voudriez. Bref vous sentez bien dans votre vie.

Afin de profiter des capacités extraordinaires du nerf vague et vous donner ainsi un maximum de chance de « respirer ainsi la santé », nous proposons ici une boite à outils anti-stress destinés à activer au maximum votre nerf vague. Cette boite à outil porte le nom de Coach-Respiration ®


Alors comment stimuler le nerf vague ?


Etant donné que le nerf vague est un lien avec le corps entier, prendre soin du nerf vague implique de prendre en compte cette unité. Le sujet est donc vaste et tout mon livre est justement là pour en parler. Mais sachez déjà que notre fil conducteur reviendra toujours à « cultiver la douceur », la vraie, pas celle des artifices comme les drogues, la consommation ou les addictions alimentaires de mauvaises huiles et de sucres rapides. La douceur est l’inverse de la violence. Nous découvrions ainsi ensemble que le nerf vague est le nerf de la bienveillance, de l’écoute attentive, de tout ce qui tient compte du bien-être de notre corps, de nos proches et de la planète sur le long terme.


Ce nerf fabuleux ne fait pas de différence entre ce qui est en nous et hors de nous. Etant par excellence le vecteur des liens profonds, il est le nerf de la cohérence, de la vision à long terme et de l’unité. Celle de notre esprit et notre corps, de présent et du futur. Concrètement : il préfère la marche à la voiture. La marche n’est-elle pas aussi bénéfique pour notre corps que pour le climat de notre planète ? De même, le nerf vague préfère la végétation au béton, le naturel au chimique, le spontané au calculé, les aliments préparés avec respect et amour plutôt que l’industriel à réchauffer. Il aime enfin les expirations profondes plutôt que les inspirations accentuées par les stress de tous les jours. En conclusion, notre nerf vague et la pratique de la Coach-Respiration® vous invitent à prendre soin de vous et de notre planète de milles manières et tout entier. C’est parti : plongez-vous dans l'approche Coach-respiration® et, ensemble, ainsi, respirer la santé !


Jean-Marie Defossez le 18 juin 2020